La cuisine est l'art d'utiliser la nourriture pour créer le bonheur.

Translate

Choucroute

Mais que fais-je là ? Je disperse à la face de la planète la recette de mon aimée maman qui doit la tenir d'une de ses nombreuses trisaïeules perdues au fond de notre arbre généalogique. Un véritable héritage gastronomique divulgué... 
Si jamais vous croisez ma mère merci de ne rien lui dire !
Ceci étant, la choucroute a quand même une histoire plus ancienne que mes souvenirs du premier dimanche de novembre, où la famille se réunissait devant ce majestueux plat roboratif qui allait embaumer les jours importants. Les joues rosies de contentement et les éclats de rire égayaient la grisaille de l'hiver bruineux et sans fin de notre belle plaine. 
Au XVIème siècle les Allemands ont mit au point la fermentation au sel, peu après les Alsaciens en ont évidemment amélioré la recette pour en faire un emblème incontournable de leur gastronomie. 
Le procédé de fermentation permet une excellente conservation et double la part de vitamine C du chou aigre "sür aigre - krüt chou" ce qui sauva d'innombrables marins, déjà pas mal édentés, du terrible scorbut lors de longues et incertaines traversées. 
On dit merci à l'Alsace les marins ?

INGRÉDIENTS
Les quantités sont en fonction du nombre de convives et de leur appétit. Autant dire que pour une tablée d'Alsaciens on compte en cochons entiers.
À Montréal vous trouverez absolument tous les ingrédients et même plus à la boucherie Slovenia - 3653, boulevard Saint-Laurent. 
  • Graisse de canard
  • 3 kg de choucroute crue
  • Pommes de terre moyennes (2 à 3 par personnes)
  • 3 oignons
  • 3 aulx (ça c'est de l'ail au pluriel et ouais !)
  • Poitrine fumée
  • Poitrine salée
  • Poitrine crue
  • Saucisses de Strasbourg (knacks)
  • Saucisses fumées type Montbelliard
  • Palette (échine) fumée et salée 
  • Une noix de jambon à cuire
  • ¼ à ½ litre d'eau
  • ¼ à ½ litre de vin blanc sec
  • sel et poivre
  • Une bonne grosse dose de sieste
Dans deux étamines placer les épices suivantes :
  • 2 feuilles de laurier
  • 4 clous de girofle
  • 1 c. à thé de coriandre en grains
  • 1 c. à thé de baies de genièvre
  • 1 c.à thé de poivre en grains

PRÉPARATION
Préchauffer le four à 350ºF (180ºC)
  1. Émincer finement les oignons et écraser l'ail.
  2. Dans un faitout ou un grand plat allant au four, faire fondre à feu moyen l'oignon et l'ail dans la graisse de canard.
  3. Laver 3 fois le chou à l'eau froide, essorer et l'ajouter dans le faitout.
  4. Bien remuer pour incorporer l'ail et l'oignon.
  5. Ajouter les étamines avec les épices.
  6. Mouiller à niveau avec l'eau et le vin blanc et assaisonner (avec mesure, vos viandes le sont déjà).
  7. Déposer toutes les viandes sur le dessus. S'il n'y a pas la place pour la palette et les saucisses, elles peuvent très bien cuire à l'eau.
  8. Enfourner le plat pour environ 2h30.
  9. Au bout d'1h30 ajouter les pommes de terre et la saucisse de Montbéliard. Nous avons eu le privilège de déguster d'excellentes pommes de terre Charlotte de mon ami fermier bio Robin de la Ferme de la Berceuse, la peau en est alors une gourmandise. Sinon pensez à peler vos tubercules avant cuisson.
  10. Remettre le plat au four et prolonger la cuisson d'une heure.
  11. 10 minutes avant le service faire cuire dans une casserole d'eau frémissante les saucisses de Strasbourg (Und hopla les knacks au chaud !).
Accompagné de moutarde forte et de raifort, arrosé d'une bonne bière, d'un petit coup de Riesling ou de Sylvaner* du pays des cigognes et du bon vivre, ce plat saura calmer les appétits les plus féroces. La sieste est un des ingrédients que vous devriez prendre en considération...
La choucroute se congèle très bien, il suffira de la réchauffer tranquillement pour en profiter une seconde fois. Mais pas tout de suite...
*si vous devez prendre le volant, ne le faites pas, allez vraiment faire une sieste !

.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...