La cuisine est l'art d'utiliser la nourriture pour créer le bonheur.

Translate

Confiture de bleuets et chocolat noir

ENFIN !
Cette recette attend depuis si longtemps aimantée sur le coté de mon frigo qu'elle est à présent plus abîmée qu'un parchemin médiéval !
J'avais acheté cet été un gros panier de bleuets sauvages du coté d'Alma, sympathique bourg blotti sur les rives du Lac St Jean.
Le Lac Saint Jean est devenu le centre névralgique du bleuet après qu'un gigantesque incendie de forêt eut détruit la quasi totalité de la forêt boréale entre St Félicien et Chicoutimi en 1870.
Les bleuets du Lac (un proche cousin de la myrtille, mais avec un accent différent) sont les premières plantes à repousser après un incendie et ont donc naturellement conquis le territoire dans les années qui ont suivies l'immense brasier. 
La délicate baie bleue a fini par envoûter les habitants de la région et est entrée dans la composition de nombreuses recettes au fil des ans. Les nobles habitants de ces terres nordiques méritent légitimement leur joli surnom de "bleuets" et la ville de Dolbeau-Mistassini, au nord du Lac se prévaut d'être rien de moins que la capitale mondiale du bleuet et organise chaque année un des plus ancien festival du Québec .
Donc, j'avais mes jolies baies bleues toutes gelées au fond de mon congélateur, le chocolat, les pots, et tout ce qu'il faut pour réaliser cette recette. Mais je ne sais écrire procrastination qu'en majuscule (sauf là) et la honte de cet état fut le déclencheur de la réalisation de cette décadente recette.
Pour qui a déjà goûté les bleuets sauvages, aucun infime espoir gustatif n'est possible pour les cochonneries importées des États du sud, qu'ils se les gardent leurs OGM les Américains... 
Mangez moins, mangez mieux !

INGRÉDIENTS :
donne 5 pots de 250ml plus un fond de bol pour manger tout de suite !
  • 4 à 5 tasses de bleuets sauvages (ou 600g de myrtilles)
  • 1/2 tasse (120ml) d'eau
  • 725 g de sucre
  • 125 g de chocolat noir de bonne qualité (70 % de cacao)
  • 1 c. à table de jus de citron en bouteille (Ph toujours stable)
  • 1 sachet de pectine 
  • 2 c. à table (30ml) de rhum vieux (ou cognac, ou brandy)
PRÉPARATION :
  1. Préparer les pots.
  2. Laver et égoutter les bleuets. Trier et retirer les petits mous (sauf s'ils sortent du congélateurs, ils sont tous mous !).
  3. Verser les bleuets dans une grande casserole à fond épais et parois assez hautes et écraser un peu.
  4. Ajouter l'eau et porter à ébullition, baisser le feu et laisser mijoter à découvert pendant 10 minutes en remuant de temps en temps.
  5. Ajouter le sucre, bien remuer pour le dissoudre.
  6. Ajouter le chocolat et le jus de citron, et remuer jusqu'à que tout soit dissout.
  7. Monter jusqu'à ébullition tout en remuant.
  8. Ajouter la pectine et donner une forte ébullition pendant 1 minute en remuant bien. Retirer du feu.
  9. Ajouter l'alcool de votre choix (attention ça écume vite et fort) et bien brasser pour mélanger uniformément.
  10. Empoter en laissant 6 mm sous le goulot.
  11. Nettoyer correctement les goulots, visser le couvercle et retourner immédiatement jusqu'à refroidissement complet.
Si vous avez la chance d'avoir dégusté les bleuets au chocolat des pères trappistes, il y a de fortes chances que leur goût soit à jamais inscrit en votre mémoire gustative. Cette confiture en fera un incroyable et délicieux rappel.

.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...